Stratégie mobilités : de beaux documents avec des points de vigilance !

Nous avons sous les yeux un beau document, complet, fruit d’un travail commencé il y a plus de 4 ans maintenant. Je le disais en introduction, le pari de l’intelligence collective et du travail ensemble, ça permet d’enrichir les politiques de cette collectivité. Nous en avons ici la démonstration.

Sur le schéma des mobilités, le Département se positionne comme un acteur stratégique, interlocuteur incontournable de la Région et des intercommunalités. Cela tranche, avec l’absence de vision qui ressortait de notre avis sur le SRADDET. Pour les routes, le covoiturage, comme pour les publics qui relèvent de la compétence départementale, avec ce document nous savons désormais ce que nous pensons et ce que nous proposons. Avec ce schéma, nous avons désormais une vision interconnectée, plus moderne. Je veux saluer, au-delà des élus, le travail des services.

Sur le fond, mes collègues et moi militons ici depuis des années pour penser la multiplicité des usages. Une route, c’est d’abord un chemin vers un objectif, pas uniquement un espace dédié à la voiture. Les mobilités, ce ne sont pas uniquement la route pour l’automobile.

Sur les publics fragiles, vous avez repris plusieurs de nos propositions, notamment lorsqu’il s’agit d’ouvrir la location avec option d’achat de véhicules d’occasion par les garages solidaires. Ce n’est pas parce qu’on est pauvre qu’on doit être réduit au vélo ou à la mobylette. Au contraire, accéder à la voiture, c’est-à-dire pour beaucoup à l’autonomie, ça donne du sens au travail. Quand ça permet de mieux aller chercher les enfants, d’aller en w-e en famille, ou en vacances à la mer, c’est du progrès social.
Quand vous acceptez aussi notre proposition de financer les actions de vélo-école, pas seulement pour les collégiens, mais aussi pour ces habitants qui vivent dans des tours et n’ont jamais appris à faire du vélo, c’est du progrès social.

Sur les routes : Permettez-moi une satisfaction de mon collègue Grégory Blanc : cela fait plus de 10 ans qu’il se bat pour l’amélioration de la RD347 entre Angers et Beaufort, axe le plus saturé du Département. C’est désormais acté. Certes, ce travail sera impacté par l’arrivée ou non du centre pénitentiaire. Cela va donc encore demander un peu de temps, mais c’est inscrit.

Sur le Plan Vélo enfin, vous avez corrigé au fil de l’eau vos orientations initiales, avec désormais une cartographie hiérarchisée dégageant des axes d’intérêts départementaux. Ce n’est pas exactement ce que nous souhaitions, mais l’avancée est réelle. Surtout, après les avoir rejetés à plusieurs reprises, vous avez fini par entendre nos arguments sur les franchissements d’obstacles. Certes, cela ne concernera que les ponts de la Loire dans un premier temps. Mais si on veut penser vélo ou trottinettes et multimodalités, il faut permettre aux habitants du Sud Loire d’accéder en sécurité aux gares du Nord Loire, sur l’axe Tours-Nantes.

Au-delà de ces points positifs, permettez-moi de soulever trois fragilités :

1. L’absence de chiffrage par fiche-action. Nous entendons la nécessité de souplesse. Mais si on veut réellement évaluer ce que le Département fait ou pas, il faut que l’on puisse compter, préciser à l’avance les critères d’évaluation. Or, là, cela reste flou. C’est un enjeu de travail pour la Commission.

2. L’absence de vision des solidarités territoriales entre EPCI et à l’intérieur de ceux-ci. Je pense aux zones rurales isolées et aux quartiers prioritaires. De même, quelle(s) continuité(s) entre Beaufort et Angers, et plus précisément entre Mazé et Corné ou encore entre Brissac et les Ponts-de-Cé ? Mais aussi, comment se rendre de Brion aux permanences sociales de Seiches ? Et du coup, comme cela n’est pas pensé, le choix fait est de construire une politique de guichet via des appels à projet ou des subventions aux communes.

3. Dernier point de fragilité qui reste un autre point de désaccord entre nous : les pistes cyclables sur routes départementales doivent être aménagées sous maîtrise d’ouvrage de notre collectivité. Les routes départementales sont la propriété du Département. On ne peut pas demander aux communes de payer et conduire le travail sur nos propres axes. Cela nous parait incongru. Propriété départementale = compétence du Département. Au moment où les choses sont souvent complexes pour les élus municipaux, cela nous paraîtrait pourtant plus clair et plus simple de fonctionner en ce sens. C’est un point sincèrement sur lequel il faut évoluer, notamment si on veut une continuité –et donc la sécurité- des axes. Sur un axe départemental, on ne peut pas avoir des itinéraires qui changent au gré des frontières communales : un coup une bande de peinture, un coup un chemin, un coup une vraie piste.

Voilà Madame la Présidente, cher.e.s Collègues, quelques commentaires sur ce document important que nous voterons, je l’ai déjà dit, avec satisfaction.

Jocelyne MARTIN et Grégory BLANC

Insérons l’insertion !

Je reviendrai plus particulièrement sur le dossier...

Intervention sur les collèges

Intervention sur les collèges – Jean-Luc Rotureau – BS 2022 Résumé de l'article : Jean-Luc Rotureau a défendu un amendement sur les collèges :- Ouvrir une enveloppe d'1M€ supplémentaires pour les dépenses énergétiques des collèges et une de 200K€ pour faciliter les...

Compte administratif 2021

Le compte administratif 2021 Permet de mesurer les résultats réels de l’activité de l’année précédente. Il reflète la vie réelle de la collectivité.Nous ouvrons la session avec de fortes marges de manœuvre. Disons-le tout de suite, il s’agit d’une année 2021...

Propos introductifs – Budget supplémentaire 2022

Résumé de l'article : Grégory Blanc a...

Témoignage : travailler dans un EHPAD

Anjou en Action : Pouvez-vous vous présenter et...

Les propositions du groupe

Les propositions de l’Anjou en Action Depuis le début du mandat, le groupe fait des propositions en faveur des EHPAD. La Présidente s’est engagée à mettre des propositions sur la table pour le budget supplémentaire 2022. Retour sur les propositions faites par l’Anjou...

Le système tarifaire des EHPAD

Qui finance quoi ? Cette question est centrale dans le fonctionnement des EHPAD. Entre l'Etat, les Départements et les résidents, chacun finance un aspect différent de l'établissement. Retour sur ce système tripartite en quête de renouveau. I. La tarification des...

Inscription – Séminaire de rentrée

S'inscrire au séminaire du 31 août 2022 Nous faisons intervenir un formateur issu d'un organisme de formation agréé. Le coût de la formation est pris en charge soit par le Droit Individuel à la Formation des Elus (DIFE), soit par le budget formation d'une...

Vote du Budget primitif 2022, nos ambitions et priorités au cœur des débats

Cette session budgétaire s’achève après deux jours de débats sur les choix financiers à faire pour l’année 2022. Nos propositions, et positions étaient claires : protéger les plus faibles, faire de la solidarité et l’éducation les priorités, et apporter des soutiens...

S’engager dans la dépollution des eaux pluviales

"Il y a tant à faire sur le traitement des eaux pluviales ! Nos rivières sont encore des poubelles ! On s’en est détourné et peu préoccupé. N’avez-vous pas vu en bord de mer, marqué sur les avaloirs d’eau pluviale « ici commence la mer ! " Brigitte Guglielmi nous...
Share This